Accéder au contenu principal

Etude du contexte physique du projet d’architecture: Analyse Sensible (Exercice)

Texte de Luc Doumenc

L’analyse sensible


Nous pourrions filer la métaphore médicale et parler ici de la première rencontre avec notre futur patient.
Avant de disséquer le contexte urbain sur lequel porte l’analyse il nous parait nécessaire que l'étudiant fasse une analyse globale, individuelle et sensible de ce lieu qu'il va arpenter.
Analyse sensible: étude d'un parcours sonore.
Cette analyse première, primitive, spontanée et intuitive  et non pas simpliste nous donnera une lecture fondamentale, qui a trait aux fondements, aux fondations du socle du lieu. 

Ce travail subjectif, sensible, consiste  à présenter sous forme plastique, au moyen  du dessin, de la photographie et surtout de la photographie interprétée, mais aussi de croquis et  de l'écrit, l’imprégnation que le spectateur/acteur a reçue à partir des données primordiales du site. Il doit lui permettre de sentir les lieux, de rendre compte intuitivement [1] de leur complexité.

C’est un travail impressionniste qui consiste à prendre conscience des caractères les plus apparents du lieu de l’impression ou des impressions que cet espace produit sur les sens  de l'étudiant promeneur, touriste , chercheur, découvreur . 

Ces impressions font appel à tous les sens [2], elles ne sont pas seulement visuelles elles sont aussi phoniques,  olfactives, elles font appel au toucher, à la perception des ambiances et à leur impact psychologique ( joie, déprime , rejet, violence)  Le corps tout entier devient dans ce cas notre instrument de perception privilégié.
Plus généralement ces impressions issues de toute la palette des sens interrogeront aussi les relations des gens avec le lieu. Avec la vie elle-même dans ses multiples manifestations dans l’espace considéré.

Il est important de connaître la vie du quartier, du fragment de ville, aux diverses heures de la journée, pendant les divers jours de la semaine, dans des situations plus particulières, extrêmes en été sous le soleil , en hiver sous la pluie ou lors de jours fériés, festifs. Les lumières et les ambiances du lieu, les rapports humains changent alors.

Dans le quartier la connaissance de la densité de population par catégories sociales, dans les diverses parties du tissu, en même temps ou successivement,  ses variations, ses déplacements, son énergie nous restituent par les présences différentiées des personnes une façon  particulière d’appréhender le lieu..

La rencontre physique et orale, informelle des gens du quartier permettent de saisir les attitudes et les habitudes apparentes, les ambiances, la joie et la tristesse des relations, donnent une coloration au spectacle du lieu , à son décor. 

La présence des enfants, des personnes âgées, des gens au travail, des personnes de différentes origines ethniques, des femmes,  leur positionnement physique dans l'espace considéré, au repos, au jeu, en promenade, en marche active vers un ailleurs, siège d’autres activités, ou seulement comme badaud, les endroits  et  les heures de leurs croisements ou de leurs alternance dans  le même creuset : le quartier, nous donnent  encore un autre éclairage.

Les caractéristiques de la circulation des gens et des véhicules nous donnera aussi une impression parmi les plus importante avec ses embarras éventuels, ses superpositions douces, ses conflits, ses accidents.

Les éléments hors normes qui marquent un paysage urbain tels que les clôtures, les enseignes, les affiches, les graffitis, les signalisations, l’éclairage, les constructions spontanées ou parasites, le mobilier urbain organisé ou autochtone, les poubelles, les coins sombres, les impasses, les lieux sales; toutes ces superpositions d’éléments mal maîtrisés par les intervenants publics ou privés sur l’espace urbain qui donnent des indications sensibles  qui caractérisent  aussi très fortement le lieu. Qui participent à en construire la poétique et aussi le pittoresque. Deux éléments qui sont étrangement absents des compositions trop bien maîtrisées.

La capacité de l'observateur à retransmettre ses perceptions visuellement mais aussi à intellectualiser son rapport à l'espace doit être à un moment transcrit, verbalisé,  une mise en concept des sensations ressenties permet de prendre position sur cette analyse, de préciser un ressenti et d'en fournir une retranscription qui certes demeurera métaphorique mais sera à la fois un moyen de médiatisation et d’approfondissement de la sensation du lieu qui mettra  ainsi de l’ordre dans le chaos des sensations.

Toutes ces évaluations spontanées et intuitives prendront d’autant plus de force que nous aurons pris le plus grand soin de nous servir dans ce survol, cette analyse sensible d’un œil neuf de sens aiguisés par la première immersion , d’un œil capable de ressentir les nouveautés rencontrées.
Souvenez vous comment les sensations ressenties lors d’un premier voyage dans un lieu exotique deviennent rapidement des informations qui se banalisent et auxquelles notre attention s’habitue trop vite. 

Il est essentiel de profiter de cette fraîcheur des sensations nouvelles pour noter les enseignements différenciant un lieu particulier de tous les autres lieux que nous connaissons mais aussi de le confronter à tous les sentiments et sensations que tous ces autres lieux ont laissé au plus profond de notre moi, de notre mémoire, de notre culture. Devenez des rêveurs de ces mondes comme le dit si joliment Bachelard [3]. 

Exigence et contexte des exercices de l’analyse sensible


Le rendu d’un tel travail est d’abord individuel ( sous forme de croquis, de photos, de prise de sons, d'audiovisuel cinématographique…), mais une mise en relation de plusieurs expériences individuelles dans un groupe réduit d'étudiants ( 4 ou 5 ) peut permettre de faire une présentation organisée plus riche et plus fondée que l’addition spontanée des mêmes travaux non mis en scène et simplement mis bout à bout. Cette  représentation qui aura subi le contrôle d’un ensemble d’individualités, sera déjà le lieu de choix, de désignation, de volonté organisée de représentation ayant reçu un premier examen critique collectif .
Elle suppose une synthèse et un enrichissement réciproque par les sensations de chacun et son mode de représentation privilégié. 

Les planches de présentation du travail d'un groupe de 4 ou 5 étudiants, chacune composée, seront assemblées et remises en scène en fonction des contenus individuels comparés et des signifiants choisis en groupe.

La verbalisation de toutes les situations ou toutes les images ressenties est indispensable, elle permettra de passer du ressentiment, de l’impressionnisme à une reconnaissance plus universelle par le choix des concepts des mots, la dénomination, l’énonciation.
La métaphore poétique, le néologisme peuvent permettre d’exprimer des impressions fugaces mais fortes et inhabituelles.

Une restitution des mouvements des usagers du lieu, de leur appartenance ou non à ce lieu, peut être effectuée avec des questionnements enregistrés, des vues animées de certains lieux qui ont pu vous paraître particulier soit représentatifs soit au contraire exceptionnels ( vidéos)
L’exception, la marge, le dérangement d’une apparente organisation bien réglée peut donner des renseignements « édifiants » [4] .

Méthode d’apprentissage

Brain storming
Stockage et organisation des données

Nous avons à rendre compte d’une réalité très complexe avec ses couleurs, ses apparences, son décor mais aussi les dessous du décor.

Utilisez les mots et en les utilisant, quand vous en sentez le besoin vérifier les sens différents que peuvent prendre ces mots, ils vous permettront d’élargir votre façon de regarder, de comprendre pour connaître (arriver à la vie avec)  et enfin re connaître Vous aurez ainsi collectés des phénomènes qui vont avoir émergé dans votre conscience, des évènements intellectualisés que vous pourrez alors reconnaître et comparer dans des regards croisés, sur d’autres phénomènes ou d’autres espaces.

Cette expérience maintes fois renouvelée vous permettra de garnir votre mémoire des éléments de vocabulaires dialectiques mêlant espaces et fonctions qui seront votre richesse et vos références. Vous pourrez à partir d’eux mettre votre projet dans la vie, dans l’espace et dans l’Histoire.

Il vous est possible de télécharger l'intégralité du texte depuis son emplacement d'Origine

Notes

[1] - Intuition : action volontariste et nécessitant une mise en action personnelle active qui a trait à la saisie et à la compréhension immédiate de données complexes au moyen d'une observation visuelle attentive et éclairée.
[2] - Les cinq sens traditionnels la vue, le toucher, l’ouïe, le goût et l’odorat sont complétés par des sens  qui comme les précédents sont particulièrement culturels et qui permettent de mieux comprendre comment un individu apprécie un contexte physique il faudrait parler du sens de l’équilibre, de celui de l’orientation,de l’accélération, de la température, des mouvements, de la latéralité, de l’esthétique, de la sociabilité du sens des grandeurs, et de celui du ridicule et plus généralement d’avoir du bon sens... 
[3] - Gaston Bachelard « la poétique de la rêverie » Ch 5 rêverie et cosmos p148  PUF 1961
[4] - Au deux sens du mot édifier