Accéder au contenu principal

Vers une qualité sonore des espaces publics

Texte de Elise Geisler

L'environnement sonore en ville est aujourd'hui encombré. Face au bruit, réglementation et protection physique ont été les premières réponses des pouvoirs publics. Mais il est capital d'apporter des réponses plus qualitatives, afin de répondre à une demande sociale croissante de bien-être en ville. On dénombre peu d'aménagements sonores pérennes des espaces publics urbains, malgré l'intervention ponctuelle d'artistes. L'environnement sonore est complexe et l'on manque d'expériences et de références, malgré l'effort d'élaboration d'outils et de méthodes fournis ces trente dernières années par la recherche. Ne serait-il pas pertinent de croiser les connaissances issues de la recherche sur la perception et l'environnement sonores avec les théories et concepts du paysage, afin de dépasser l'impasse aménagiste actuelle sur l'espace sonore? L'approche sensible de l'espace par le paysagiste ne pourrait-elle pas, en s'ouvrant aux autres sens que celui de la vue, apporter de nouvelles pistes d'intervention sur l'environnement sonore ?

Agir sur la qualité sonore des espaces publics en ville : croiser les connaissances sur le paysage et l'environnement sonore

Si l'on considère aujourd'hui  les pratiques liées à l'aménagement de l'espace urbain d'un point de vue sonore, on peut distinguer, de manière très schématique, deux tendances : l'une très technique et quantitative, celle des pouvoirs publics et des acousticiens, et l'autre plus sensible, celle des artistes sonores. D'un côté, il s'agit d'interventions réglementaires ou de « pansements » appliqués une fois le problème détecté (isolation acoustique des bâtiments, barrières antibruits le long des autoroutes, limitation du nombre de décibels autorisé dans les lieux diffusant de la musique...) ; et de l'autre d'interventions artistiques, plus ou moins éphémères, qui participent un temps à l'ambiance sonore d'un lieu, mais ne contribuent pas réellement à la transformation des espaces extérieurs en ville.
Sculpture sonore "Lasciate mi Sentire" de Pierre Mariétan à la 10e triennale de sculpture de Bex dans le Valais en Suisse, août 2008 (photo Elise Geisler).

Si les architectes, urbanistes, acousticiens, designers, chacun dans leur discipline et leur approche de l'environnement sonore, que ce soit à l'échelle du bâtiment ou de l'agglomération, ont su développer des outils et pratiques de conception ou d'intervention sur l'espace sonore, on dénombre aujourd'hui peu d'aménagements sonores pérennes des espaces publics en ville. Les problèmes rencontrés pour comprendre et aménager l'environnement sonore proviennent de la complexité même des rapports sensibles des habitants à leurs lieux de vie, et par là même de leur mise en langage, de leur expression. Ils résultent également de la difficulté à décrire de manière qualitative et le plus « objectivement » possible l'espace sonore, et donc de la difficulté pour les maîtres d'ouvrage à formuler un cahier des charges explicite sur les qualités sonores du projet. Malgré un effort considérable de la recherche dans l'élaboration  d'outils  et de méthodes pour intégrer la qualité sonore dans les projets d'aménagement urbain, cette dernière reste encore peu prise en compte d'un point de vue opérationnel. 


Ne serait-il pas pertinent de croiser les connaissances issues de la recherche sur la perception et l'environnement sonores avec les théories et concepts du paysage actuels, ainsi que les représentations qu'il véhicule, en s'inspirant des créations d'artistes sonores, afin de débloquer l'impasse aménagiste actuelle et de mieux prendre en compte l'aspect sonore dans les projets d'aménagement urbain ? L'approche sensible de l'espace par le paysagiste, de plus en plus sollicité pour l'aménagement d'espaces publics en ville, ne pourrait-elle pas, en s'ouvrant aux autres sens que celui de la vue, apporter de nouvelles pistes d'intervention sur l'environnement sonore, en construisant notamment des passerelles entre approches technique et artistique ?

Source du texte: www.projetsdepaysage.fr

Commentaires