Accéder au contenu principal

Processus de création architecturale | exemple d'un exercice d'étudiant: Faisceaux, maison de repos

Cliquez sur l'image pour agrandir.


«Valène se souvenait du paquet qu’il avait reçu chaque quinzaine, pendant vingt ans, [...] identiques, absolument identiques [...] il n’y avait rien qui distinguait un paquet d’un autre»

La vie mode d’emploi, chapitre V, p. 38, George Perec

«Au départ, toutes les pièces se ressemblent peu ou prou [...] ce ne sont jamais que des espèces de cubes»

Espèce d’espace, l’appartement, p. 42, George Perec

Et si la vie était une boucle?

Au départ nous ne sommes jamais qu’une poussière, une cellule, une unité, un cube, tous plus ou moins identiques. Puis, multipliés, agglomérés, façonnés par les autres, nous devenons singuliers, indépendants. Finalement, nous nous regroupons, s’assemblons et disparaissons dans l’ensemble.

«Car tu es poussière et tu retourneras à la poussière»
extrait génèse 3, 3.19, par Moïse.

Cette idée de cycle a donné naissance à des expressions telles que «retour à l’enfance» ou «seconde jeunesse» parlant du troisième âge.

Mon programme est donc une maison pour les personnes âgées dont la façon de définir mes espaces en est la métaphore. Le centre, compact, dense, est la partie commune où se retrouvent et se stimulent les habitants les uns avec les autres. Puis, s’éloignant, s’isolant, s’individualisant et s’ouvrant sur le reste du monde par de larges ouvertures, ils sont stimulés par la vie entourant  la matrice.


«Entre 1950 et 2025, la population mondiale aura approximativement triplé, le nombre des personnes âgées (60-79) aura sextuplé et celui des vieillards (80 et plus) aura décuplé»

Département de l’information, O.N.U. septembre 1994.









Par Jonas Meylan, blog Studio Noel, EPFL.