Accéder au contenu principal

Échafaudage: définition de l'Art Urbain

« J'étais de nouveau près de vous, belle vagabonde, et vous me montriez en passant la tour Saint-Jacques sous son voile pâle d'échafaudages qui, depuis des années maintenant, contribue à en faire plus encore le grand monument du monde à l'irrévélé.»

André Breton, L'amour fou
« Il n'y a d'autres règles que les lois générales de la nature […] et les lois spéciales […] qui résultent des conditions d’existence propres à chaque sujet […]. Les premières sont la charpente, […] les secondes, l'échafaudage qui sert à la bâtir et qu'on refait à chaque édifice. »
Victor Hugo, Cromwell, Préface

Échafaudage: N. m. « Autrefois appelé échafaud, l'échafaudage désigne toute construction ou bâti provisoire, fixe ou mobile, facilitant l'accès aux ouvrages et la réalisation des travaux » (Dictionnaire du bâtiment). 
« L'échafaudage est une charpente provisoire, en bois ou en métal, servant d'accès et de poste de travail en hauteur. De cette définition découlent toutes les caractéristiques du bon échafaudage : confort, robustesse, rapidité de mise en œuvre, adaptabilité et facilité d'accès et de circulation » (M. Cynamon, L'échafaudage).

À son origine l'échafaudage a un rôle uniquement technique. Il est un moyen d'accéder au bâtiment pour les personnes qui le construisent ou le réhabilitent et de faire parvenir le matériel et les matériaux nécessaires à la construction.

Dès l'Antiquité, les Égyptiens dressaient des rampes de briques appuyées aux fondations des temples pour les obélisques (1).

Au Moyen Âge, les échafau- dages pouvaient être constitués par des assemblages en bois fixés aux murs par des trous d'ancrage (2). Les constructions étaient montées à l'aide d'échafauds qui étaient tenus à la maçonnerie et que l'on posait en réalisant le bâtiment. On réservait ainsi la place pour les trous qui étaient rebouchés par la suite (3). « L'échafaudage dont la trace existe sur les parois du donjon de Coucy n'est réellement qu'un chemin de bardage » (Dictionnaire raisonné de Viollet-le-Duc).

Les échafaudages pouvaient également être des tours indépendantes mobiles ou bien des échafaudages volants, suspendus au bâtiment par des cordes.

Puis l'apparition du métal au XXe siècle conduira à remplacer progressivement le bois (4).

Cependant l'échafaudage a pu jadis trouver une signification symbolique forte à l'occasion de l'installation du bourdon de Notre-Dame, qui a donné lieu à la célébration d'une grande messe et d'une fête populaire. L'échafaudage a joué un rôle plastique important (5). L'illustrateur Jacques Lavedan, architecte en chef des monuments historiques, l'a immortalisé dans un beau dessin à la plume.

Aujourd'hui l'échafaudage dépasse son rôle technique pour participer à l'animation du paysage urbain (6) et un événement comme le 14 Juillet a pu donner lieu à un bâchage de l'Arc de Triomphe pour célébrer le « jour de gloire ».
« Tout en remplissant sa fonction traditionnelle, l'échafaudage peut être habilement utilisé pour valoriser un ouvrage, présenter une œuvre d'art ou délivrer un message » (L'échafaudage).

Dans le cas de la présentation d'une œuvre d'art, les artistes sortent en plein air ce qui, en général, est uniquement visible à l'intérieur. L'art descend dans les rues et devient accessible à tous, la ville devient musée.
Ainsi, Fernand Léger peut être mieux connu du grand public et ses toiles surdimentionnées viennent animer la façade de façon provisoire pendant la durée des travaux (7).

L'échafaudage peut également présenter un événement, comme sur l'église Saint-Augustin à Paris, montrant une affiche pour une pièce de théâtre religieuse. Il peut présenter aussi une publicité pour promouvoir la lecture, comme la sociéte AXA a pu financer une opération pour les livres dans la rue.

D'autres artistes ont eu l'occasion d'exprimer des événements et de participer à l'embellissement et à l'ani- mation éphémère de la ville (8/9).

Enfin l'art peut servir aussi à l'animation nocturne et introduire aussi une mise en scène cinétique transformant la vie d'un quartier (10).

Les bâtiments projettent ainsi des images temporaires comme le font les panneaux publicitaires, mais ce qui est souvent surprenant, c'est le gigantisme de ces œuvres et l'emploi de couleurs.
L'échelle du bâtiment est modifiée par rapport à la rue.

L'échafaudage est une structure éphémère. Cette seconde peau de façade que composent les échafaudages acquiert des effets plastiques selon la matière et le type.
Ainsi, transparence, relief, lumière, mobilité animent les façades et les rendent vivantes.

On ne peut qu'inciter les maîtres d'ouvrages dont les bâtiments, publics ou privés, font l'objet de ravalements ou de chantiers à prendre en charge, en faisant appel au mécénat, l'installation de bâches décorées par des artistes sur les échafaudages (à l'exclusion des publicités agressives, des trompe-l'œil ou des reproductions d'œuvres d'art visibles dans les musées) ou d'autres décors destinés à promouvoir l'œuvre d'artistes contemporains, voire de projeter une fiche du Vocabulaire français de l'Art urbain (11) : ce sera l'occasion, pendant la durée d'un chantier, d'introduire un peu de rêve et de créer un élément plastique dont on parlera, tout en évitant les nuisances.

Une concertation avec les autorités compétentes (maire, architecte des bâtiments de France) sera cependant nécessaire pour agir en conformité avec le Code de l'environnement (sur l'affichage et la publicité).

V. AFFICHAGE, BÂCHAGE, EFFET DE TRANSPARENCE, ENSEIGNE, MUR PEINT, PUBLICITÉ URBAINE, RAMPE, SIGNALÉTIQUE, TROMPE-L'ŒIL.

Source: Arturbain.fr
Consulter d'autres définitions

Vocabulaire de la composition 
Vocabulaire de la perception 
Vocabulaire de l’espace public 
Vocabulaire du décor et du mobilier 
Vocabulaire de la représentation